Articles

Amalgmes dentaires : composites compatibles ?

by Douven Athena Web Designer
Choisir entre des composites – qui peuvent se dégrader dans la bouche à cause de l’action des enzymes salivaires – et des amalgames – que l’on suspecte d’intoxiquer notre organisme –, c’est un peu choisir entre la peste et le choléra. Et si une entreprise française apportait une véritable alternative en matière de restauration dentaire ? Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : marathon micro moteur et micro moteur avec pièce à main. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr  s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

alt

En juillet dernier, l’Union européenne mettait les mains dans le cambouis et les doigts dans l’amalgame dentaire en interdisant ce dernier. Oui, mais pas pour tout le monde : les enfants de moins de quinze ans et les femmes enceintes seulement. Les vieux, les hommes, les femmes non enceintes, pas de problème… Ou comment interdire à moitié pour semer le doute totalement.

Pour nous rassurer, nous avons pris rendez-vous avec Gilbert Ely, dentiste et cofondateur d’Elsodent, société proposant des solutions innovantes en matière de composites dentaires. Passé par la dentisterie holistique (« j’ai arrêté parce que je n’aime pas les ayatollahs, d’où qu’ils viennent »), il détend tout de suite l’atmosphère : « Les composites actuels me semblent plus dangereux que les amalgames. D’abord, ces derniers ont plus de cent ans d’existence. Ils ont permis de démocratiser les soins dentaires, et l’on a une bonne connaissance de leurs effets secondaires. De plus, chimiquement, l’argent et le mercure sont très proches, ce qui rend très difficile leur dissociation. Ainsi il en faut, du temps, avant que l’amalgame ne relargue ses composés… Si tant est qu’il le fasse. » Certes, ce dentiste prêche tout de go pour sa chapelle. Convaincu il apparaît convaincant, et c’est peu de le dire.

Donc, selon le Dr Ely, les composites, que l’on n’utilise que depuis une quarantaine d’années, ont pour défaut – comme leur nom l’indique – d’être composés de plusieurs types de molécules chimiques tels que le TEGDMA, l’HEMA ou bisGMA. Confrontés aux enzymes salivaires, ces composés peuvent se dégrader en bouche et provoquer, à terme, des dommages plus ou moins sérieux. Citons notamment le formaldéhyde contenu dans le TEGDMA ou l’HEMA.









Sponsor Ads


About Douven Athena Innovator   Web Designer

12 connections, 0 recommendations, 73 honor points.
Joined APSense since, April 24th, 2018, From Beijing, China.

Created on Dec 6th 2018 00:17. Viewed 117 times.

Comments

No comment, be the first to comment.
Please sign in before you comment.